Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Sondage

Sondage sur la Lettre d'information du SAGE :
Donnez votre avis !!

http://www.pouroucontre.com/cgi-file/vote.cgi?num=62008

Qu'est ce qu'un S.A.G.E. ??

Un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) est un outil de planification et de gestion de la ressource en eau. Un SAGE s’établit dans une large concertation au sein de la Commission Locale de l’Eau représentant tous les acteurs de l’eau d’un territoire hydrographique cohérent. 
(Loi sur l’Eau du 3 janvier 1992)
/ / /

 

De juin à décembre 2007, les communes du SAGE de l’Yser ont participé à l’élaboration de l’état des lieux du SAGE en répondant à un questionnaire.

Cette consultation a permis à chaque commune de s’exprimer sur ses attentes par rapport aux questions de l’eau sur notre territoire.

92 %  des communes du SAGE ont répondu à ce questionnaire

Les résultats sont donnés par thèmes

1.    Activités

L’activité dominante du bassin versant est l’agriculture : 89% des communes l’ont classé comme 1ère activité économique de la commune. Les productions agricoles sont variées : céréales, cultures légumières, volailles et poules pondeuses, bovins, porcs…
Les PME et les commerces occupent pour la plupart des communes la seconde position (44%).
La moitié des communes est concerné par une activité touristique modérée. Le tourisme arrive pour 44% des communes en 3ème et 4ème position.
 
D’autre part, quelques communes ont une activité industrielle assez importante : Steenvoorde, Saint-Sylvestre-Cappel.
 
2.    Problèmes des cours d’eau

Le problème des inondations est le premier abordé par communes. 53% des communes du bassin versant sont touchées par des phénomènes de débordement de cours d’eau. Derrière les inondations, l’érosion de berges est un problème rencontré par 30% des communes. L’envasement des cours d’eau arrive en 3ème position des problèmes rencontrés par les communes. Enfin des problèmes de pollution ont été mentionnés par 8% des communes.
En ce qui concerne les espèces nuisibles, les rats musqués sont présents sur l’ensemble du périmètre du SAGE et sont mentionnés comme un problème important.

undefined

3.    Les inondations

83% des communes du bassin versant connaissent des problèmes d’inondation (débordement et ruissellement).
Les inondations sont peu fréquentes (53%) à fréquentes (23%).
Les avis sont assez divergents sur l’évolution de la situation par rapport aux inondations sur les 30 dernières années :

-
     
52% des communes concernées considèrent que la situation s’est améliorée notamment grâce à un entretien régulier assuré par le Syndicat Intercommunal d’Assainissement du Bassin de l’Yser.

-
     
23% des communes concernées ont répondu que la situation s’était aggravée en particulier pour les phénomènes de ruissellement, plus fréquents et plus intenses.

-
    
16% estiment qu’il n’y a pas eu de changement par rapport aux inondations. En général, ce sont les communes le moins touchées par les inondations.

-
     
Enfin, plusieurs communes (10%) ont noté un changement du phénomène d’inondation mais sans déterminer si c’était bénéfique ou non : les crues sont plus brutales mais l’eau est évacuée plus rapidement (sauf pour les communes en aval). 

undefined
 
4.    L’érosion des sols

33% des communes sont touchées par des phénomènes d’érosion des sols. Cela se manifeste par des ruissellements et coulées de boues à 75% et par des ravines dans les parcelles agricoles (67%).
Les dommages causés par les phénomènes de ruissellement et d’érosion concernent en majorité les cultures puis les habitations. Enfin, on recense également des dégâts sur la voirie.
En outre, la perte de la fertilité du sol a été classée par 33% des communes comme le second problème le plus important engendré par l’érosion. 
 
  
5.    La qualité de l’eau 
Sur le bassin versant, il semble se dégager une impression de qualité moyenne de l’eau souvent associée par les maires ou leurs représentants à l’absence de faune piscicole. 
L’amont des principaux cours d’eau – Yser, Peene Becque et Ey Becque – est, selon les communes concernées, d’une bonne qualité. Ensuite, à l’exception de la Sale Becque, l’Yser et les autres Becques du bassin versant sont qualifiés d’une qualité moyenne voire mauvaise sur certains secteurs. 
Les principales causes possibles identifiées pour la dégradation de la qualité de l’eau sont la pollution domestique ainsi que la pollution agricole diffuse. On peut également souligner que les faibles débits estivaux influencent la qualité de l’eau. 
Ainsi, la pollution des eaux de l’Yser est attribuée à parts égales à la pollution agricole diffuse et à la pollution domestique. La Peene Becque semble davantage touchée par la pollution domestique, désignée comme première cause de dégradation de la qualité devant la pollution agricole diffuse. En revanche, l’Ey Becque serait concernée en premier lieu par la pollution agricole diffuse puis par la pollution domestique et enfin par la pollution industrielle. 
Par ailleurs, 27,7% des communes ont signalé l’existence de rejets non autorisés dans les cours d’eau, principalement d’origine domestique.
 
 
6.    Gestion efficace des cours d’eau

La priorité pour la gestion efficace des cours d’eau est ciblée sur un entretien régulier tout en préservant le milieu naturel. Pour 75% des communes, la gestion efficace des cours d’eau s’accompagne aussi de la prise en compte du fonctionnement naturel et du comportement des cours d’eau.
Près de la moitié des communes estiment qu’il serait intéressant de sensibiliser les riverains en particulier sur l’entretien des cours d’eau.
36% préconisent la mise en valeur du patrimoine écologique du cours d’eau.
Pour l’entretien des cours d’eau, le recours à des techniques dites « douces », par exemple le génie végétal, est privilégié par 36% des communes par rapport aux ouvrages de protection comme les enrochements (19%).
Les autres propositions sont assez minoritaires. 
 
  undefined

 
7.    Le patrimoine naturel

Les communes ont décrit une quarantaine de zones naturelles humides comprenant des prairies, des mares ou étangs, et encore des bois…
Une série de propositions concernant les intérêts de conservation des milieux humides a été classée du plus important (1er) au moins important (7ème).
A plus de 80%, les communes ont classé « la rétention d’eau au moment des crues » comme un intérêt majeur de conservation des zones humides.
Conscients de la grande richesse écologique de ces milieux, les Maires ou leurs représentants ont classé l’intérêt floristique et faunistique comme l’un des plus importants (50% des communes l’ont classé dans les 3 premiers).
Quasiment à égalité, l’utilisation de ces milieux en agriculture est également jugée intéressante.
 
 
 undefined

 
8.    L’image des cours d’eau

72% des communes du bassin versant pensent que les cours d’eau constituent un patrimoine naturel intéressant.
 

undefined

 

Une majorité de communes pense que les cours d’eau et les becques du bassin versant sont une richesse en particulier pour le patrimoine naturel qu’ils représentent. Viennent ensuite l’utilisation pour l’irrigation, l’utilisation pour la pêche puis pour les loisirs.
Un petit groupe de communes nuance cette image de richesse en ajoutant certaines contraintes.
La première menace évoquée concerne les habitations puis les terres agricoles.
Une minorité considère les cours d’eau uniquement comme une menace.
Enfin, quelques communes préfèrent ne pas choisir entre richesse ou menace mais expliquent que les cours d’eau remplissent une fonction d’évacuation de l’eau de pluie et des eaux de drainage.


        9.    La coopération transfrontalière

91% des communes pensent qu’il est important d’associer les Flamands Belges à la démarche du SAGE de l’Yser. Les remarques recueillies sur ce thème s’intègrent dans le principe de solidarité amont-aval concernant aussi bien les inondations que la qualité de l’eau. La coopération transfrontalière est également jugée prioritaire pour la lutte contre le rat musqué.
D’autre part, les communes souhaitent des échanges plus réguliers avec nos voisins.
 
10.    Les attentes du SAGE de l’Yser

28 communes ont exprimé leurs attentes et leurs craintes par rapport à l’élaboration du SAGE de l’Yser. Après un classement des différentes remarques, 9 attentes se dégagent.

Par ordre de priorité :

1.    Prévention des inondations : lutter contre les inondations et les ruissellements.

2.    Gestion globale des cours d’eau et du bassin versant : dégager des actions globales en tenant compte de la solidarité amont-aval

3.    Améliorer la qualité de l’eau : poursuivre les travaux d’assainissement et lutter contre les pollutions diffuses

4.    Poursuivre un entretien régulier des cours d’eau

5.    Préserver les milieux naturels et améliorer leur valeur écologique

6.    Assurer une harmonie entre les différents usages de l’eau et des milieux aquatiques

7.    Mettre en valeur des milieux naturels et développer les activités de loisirs

8.    Sensibiliser davantage sur l’entretien des cours d’eau, l’érosion des sols, les économies d’eau…

9.    Prévenir l’imperméabilisation des sols en réalisant une meilleure gestion des eaux pluviales par exemple lors de la construction d’un lotissement (rétentions à la parcelle…)
  
  
 
Quelques inquiétudes ont également été exprimées :

Plusieurs communes précisent leur souhait d’avoir des réalisations concrètes à l’issue du SAGE. En effet, il faut que les études entreprises pendant la durée du SAGE puissent être opérationnelles sur le terrain.
Par ailleurs, des inquiétudes émanent du monde agricole qui souhaite conserver ses intérêts sur le territoire.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by